La fleur du mercredi : lalyan potao

C'est à dire "pot-à-eau" ça prendra son sens tout à l'heure, si vous avez le courage d'aller jusqu'au bout de mes blablateries. Ou encore "Nepenthes pervillei" ou Pitcher plant (plante carnivore) en anglais. On peut trouver des "nepenthes" dans certaines régions du monde, mais la "nepenthes pervillei" n'existe qu'à Mahé et à Silhouette, tout en haut des montagnes (ces photos viennent du mont Copolia).

Son nom vient du nom d'un horticulteur, Auguste Pervillé, qui travaillait au Musée d'Histoires naturelles de Paris vers 1830.

Fresque photographiée dans le restaurant "The Station" (Sans souci)

Fresque photographiée dans le restaurant « The Station » (Sans souci)

Ces plantes sont bien obligées de manger des bestioles, car le sol où elles vivent est pauvre en azote et en phosphore, elles extraient donc de leurs digestions ces éléments inspensables à leur croissance.

La plante se présente commme une liane rampante, avec des feuilles et des sortes de tubes à essai (pot-à-eau) qui peuvent atteindre 20 cm.
La plante se présente commme une liane rampante, avec des feuilles et des sortes de tubes à essai (pot-à-eau) qui peuvent atteindre 20 cm.

La plante se présente commme une liane rampante, avec des feuilles et des sortes de tubes à essai (pot-à-eau) qui peuvent atteindre 20 cm.

Les plantes carnivores sont en fait des feuilles modifiées. A gauche, une plante juvénile (son couvercle n'est pas ouvert). A gauche, elle est mature : son couvercle est ouvert et à l'intérieur, on peut voir un liquide acide, une sorte de fluide gastique. Le couvercle n'est pas mobile. Il est bel et bien fixe, empêchant l'eau de pluie de rentrer et attirant les insectes avec ses couleurs attrayantes. Plus la plante est mature, plus sa structure est dure.Les plantes carnivores sont en fait des feuilles modifiées. A gauche, une plante juvénile (son couvercle n'est pas ouvert). A gauche, elle est mature : son couvercle est ouvert et à l'intérieur, on peut voir un liquide acide, une sorte de fluide gastique. Le couvercle n'est pas mobile. Il est bel et bien fixe, empêchant l'eau de pluie de rentrer et attirant les insectes avec ses couleurs attrayantes. Plus la plante est mature, plus sa structure est dure.

Les plantes carnivores sont en fait des feuilles modifiées. A gauche, une plante juvénile (son couvercle n’est pas ouvert). A gauche, elle est mature : son couvercle est ouvert et à l’intérieur, on peut voir un liquide acide, une sorte de fluide gastique. Le couvercle n’est pas mobile. Il est bel et bien fixe, empêchant l’eau de pluie de rentrer et attirant les insectes avec ses couleurs attrayantes. Plus la plante est mature, plus sa structure est dure.

Alors, comment ça marche ? La bestiole est attirée par les couleur du couvercle, puis par le contour de la plante qui est recouvert d'un nectar. La bébête se goinfre de nectar mais les bords intérieurs de la fleur sont couverts d'un liquide glissant et visqueux et boum, elle tombe dans... Ben, ça vaut l'intérieur d'un estomac !
Alors, comment ça marche ? La bestiole est attirée par les couleur du couvercle, puis par le contour de la plante qui est recouvert d'un nectar. La bébête se goinfre de nectar mais les bords intérieurs de la fleur sont couverts d'un liquide glissant et visqueux et boum, elle tombe dans... Ben, ça vaut l'intérieur d'un estomac !

Alors, comment ça marche ? La bestiole est attirée par les couleur du couvercle, puis par le contour de la plante qui est recouvert d’un nectar. La bébête se goinfre de nectar mais les bords intérieurs de la fleur sont couverts d’un liquide glissant et visqueux et boum, elle tombe dans… Ben, ça vaut l’intérieur d’un estomac !

Vous trouviez ça déjà trash… Ben c'est pas fini !

Dans la plante carnivore, il n'y a pas que l'acide. Il y a aussi un moustique spécial (qui ne vit qu'aux Seychelles) qui ne pond que dans ces plantes, ainsi que des larves d'acariens. Aucun de ces organismes n'est sensible à l'acide de la fleur et les trois partagent le gueuleton en bonne intelligence…

Une fois qu'une bestiole a été digérée, la plante meure et une autre repousse et hop, le processus continue…

Une réflexion au sujet de « La fleur du mercredi : lalyan potao »

Un commentaire, ça fait toujours plaisir !