Les bonbons du samedi soir suédois

En svenska, ça s’appelle les « godis ». Prononcez « goudise » !

La Suède est le pays le plus grand consommateur de bonbons au monde : 17 kg/habitant en 2007. La consommation est en baisse depuis. A noter que les pays nordiques se distinguent dans ce classement et que comme à l’Eurovision, la France galère avec un score qui ferait plaisir à mon dentiste : à peu près 8kg/habitant/an.
Bon, faut pas croire les chiffres sur parole… Les différents instituts de sondage des différents pays sont pas trop d’accord, mais bon, le monopole serait tenu par la Suède ou l’Allemagne a priori.

Pourquoi donc les suédois mangent-ils des bonbons le vendredi soir?

Car ce soir-là, les gens errent devant les rayons de bonbon, téléphone à l’oreille pour recevoir les ordres et les commandes : combien il en faut de quelle sorte et de quelle couleur ? Car la question du godis est importante, elle concerne enfants comme les adultes !

Un peu d’histoire

Le chocolat à boire arrive en Suède vers 1600 mais ce n’est qu’ en 1828 qu’on parvient à créer la poudre que l’on connaît aujourd’hui. Les usines s’ouvrent à Malmö : Cloetta et Mazetti.
Vers le 18ème siècle, on comprend le processus de raffinerie du sucre, que l’on mélange à des épices pour créer les premiers bonbons. Les produits étaient très chers et ce n’est que vers le 20ème siècle qu’ils sont accessibles à la majorité. On parvient également à varier la forme et la texture des bonbons et Gräddkolan (le caramel à la crème) est la meilleure vente dans les années 30.
Avec le sucre arrivent les caries que l’on ne soignait pas… Enfin, disons qu’on se contentait d’ôter les dents. Ce qui quand on y réfléchit, fait faire de sacré économie !

Le scandale de Vipeholms

A Lund, on teste les conséquences d’une alimentation sucrée sur des handicapés mentaux qui ne peuvent se nourrir seuls et c’est lors de ces expériences éthiquement condamnables que l’on s’aperçoit du lien sucre-carie. Ces études montrent qu’il est préférable de manger une grande quantité de bonbons en une seule fois plutôt qu’en consommer un peu chaque jour.
Et je vous le donne en mille : c’est l’origine du lördagsgodis (bonbons du samedi) !

Les usages

En 1984, l’Agence Alimentaire recommande au Ministère de la Santé que chaque variété de bonbon soit isolé dans un récipient séparé pour que le client se serve lui-même à l’aide de pinces ou de pelles. Auparavant, c’était un employé qui utilisait des pinces pour vous servir les bonbons que vous choisissiez derrière le comptoir en pointant le bocal du doigt, pour des questions d’hygiène.
L’un des premiers magasins à mettre le système en place est le Daglivs sur Flemingatan. Puis le magasin de bonbons apparaît, le « plockgodis ».
godis2_pourquoivivreailleurs
Le marché explose alors. On remplace les sacs d’1,5 litre par des sacs de 3 litres ou des boîtes de 5 litres.
A Skåne (dans le sud), on vendrait plus de réglisse et dans le nord, on mangerait des bonbons durs. A Stockholm, j’en sais rien… Perso, moi, à part les marshmallows…

Bien choisir son bonbon

Bien choisir son bonbon : la variété, la couleur, sucré/salé/acide/fort et plus ou moins machouillable

Alors quels bonbons acheter ? Aucune idée, y en a tellement !
Mais y a quand même quelques expériences gustatives à faire (pour le meilleur et pour le pire) : c’est la réglisse salée, les chewing-gum à la cannelle ou bien des petits sachets de Marsipan (pâte d’amande).

Pour en savoir plus
http://www.svt.se/nyheter/lokalt/uppsala/sa-mycket-godis-ater-vi-svenskar

http://www.sydsvenskan.se/2014-01-25/godis-ar-ingen-vi-skojar-om
https://en.wikipedia.org/wiki/Vipeholm_experiments
Oùcachersesbonbons?

2 réflexions au sujet de « Les bonbons du samedi soir suédois »

  1. François

    Bonjour,
    Concernant le dernier point, la Marsipan/marzipan ou massepain en français n’est pas une pate d’amande à la fraise et au champagne. C’est fait à base de poudre d’amande, sucre et blanc d’oeuf. Ensuite on peut lui rajouter un goût.
    Ce que vous décrivez semble plutôt être une des réalisations utilisant la marzipan d’Anthon Berg, originaire du Danemark.

    Répondre

Un commentaire, ça fait toujours plaisir !